Selon une idée largement répandue au sud Bénin, les hommes auraient neuf paires de côtes tandis que les femmes en auraient 7. Cela n’est pas vrai d’après les observations scientifiques, ont répondu chirurgien béninois et biologiste suisse qui apportent des éclaircissements.

Image

Combien de côtes les humains ont-ils ? Au sud Bénin, à cette question, plusieurs donneront une réponse variée en fonction du sexe. Une idée traditionnellement reçue stipule que les garçons ou les hommes ont 9 paires de côtes et les femmes en ont 7.

Comme bon nombre de Béninois, Neila Sogni, jeune mère de famille a entendu à plusieurs reprises cette idée reçue.  « Les gens disent ça partout. J’ai entendu plusieurs fois que les hommes ont 9 paires de côtes et les femmes ont 7 paires et que c’est à partir des 9 côtes de l’homme que la femme a été créée. », témoigne-t-elle.  

Plus qu’une simple déclaration du bout des lèvres, cette pensée conditionne la vie à bien des égards au Bénin. « A cause de ça, dans la tradition on fait référence au chiffre 9 pour les hommes et 7 pour les femmes. Par exemple, pour certaines tisanes, on dit d’utiliser 9 poivres de guinée pour l’individu de sexe masculin et 7 lorsqu’il est féminin. », fait savoir la jeune dame avant d’ajouter : « mais, je ne sais si c’est scientifiquement prouvé. ».

Image

Chanceline Mevowanou, jeune activiste béninoise rapporte que cette idée reçue a marqué toute son enfance à la maison comme à l’école. « Ça nous a conditionnés. On a grandi en se disant que les hommes ont beaucoup plus de force. Ils ont neuf paires de côtes et sont caractérisés par le fait de ne pas avoir peur, d’avoir plus de courage tandis que la femme en a sept, dérivées des côtes de l’homme et qu’elle est là pour faire des travaux qui ne nécessitent pas beaucoup de force. Elle n’est pas tenue de faire preuve d’assez de courage ni d’affronter le danger.

A l’école on faisait les groupes de balayage. Dans ces groupes, les garçons soulevaient les tables et les filles balayaient parce qu’on a supposé qu’eux, ils ont plus de force. On appelait les garçons sans essayer de soulever les tables pour réaliser qu’on ne peut pas. On appelait les garçons pour grimper les arbres parce qu’on se disait qu’ils ont neuf paires de côtes et nous sept. Ça a influencé beaucoup de nos comportements et la façon dont on voit les choses. », témoigne-t-elle à Bénin Check Info.

12 paires de côtes chez l’homme et la femme, selon la science 

Cette idée reçue selon laquelle les hommes ont neuf paires de côtes et les femmes sept n’est tout simplement pas vérifiée. « Ce que l’on sait scientifiquement, de par l’anatomie, on compte chez les hommes 12 paires de côtes et chez les femmes 12 paires de côtes également », a répondu à Bénin check info, Dr Francis Moïse Dossou, Professeur Titulaire de chirurgie et ancien président de l'Ordre National des Médecins du Bénin qui a aussi entendu cette idée reçue. « Fondamentalement, scientifiquement et précisément, anatomiquement, il n’y a pas de différence du nombre de côtes entre l’homme et la femme. », a insisté l’homme de science.

LIRE AUSSI : Peut-on utiliser du sel de table pour soigner une plaie ou stopper un saignement ? Attention ! voici des solutions

A l’instar du chirurgien béninois, André Langaney, Professeur honoraire du département Génétique & Evolution, Unité d’Anthropologie de l’Université de Genève bat en brèche cette idée sur la différence de côtes chez l’homme et la femme.  « Non ! Définitivement, les hommes ont comme les femmes vingt-quatre côtes réparties en douze paires: sept paires de "vraies" côtes, directement rattachées chacune au sternum, trois paires de "fausses" côtes, attachées ensemble, et deux paires de côtes "flottantes". », a-t-il répondu dans une publication de la Radio Télévision Suisse (RTS) à laquelle il nous renvoie.

Image
Les côtes humaines présentes chez la femme et l'homme

Le Larousse Médical confirme également que chez l’homme comme chez la femme, « on compte, de haut en bas, 12 paires de côtes, chacune étant attachée à une vertèbre dorsale. L'ensemble constitue le gril costal, qui forme avec les vertèbres et le sternum la cage thoracique. On distingue les vraies côtes (1 à 7), unies au sternum par les cartilages costaux ; les fausses côtes (8 à 10), dont l'extrémité antérieure s'unit au cartilage costal sus-jacent ; et les côtes flottantes (11 et 12), dont le cartilage reste libre. ».

Quid de la distinction des côtes

S’il est scientifiquement dit que les hommes et les femmes ont le même nombre de côtes, est-ce qu’il est possible de distinguer une côte de femme de celle d’un homme ? « Distinguer une côte de femme de celle d’un homme. Tout dépend. Si c’est une côte bien enrobée dans une poitrine et tout ce qui va avec, on fait la différence, mais, si c’est une côte isolée, prise comme ça et mise sur une table, ce serait difficile à vue d’œil. Cependant, la science avec son évolution, les recherches pointues au niveau du génome de la côte vont permettre de déterminer si c’est une côte porteuse de chromosome XX pour la femme ou si c’est une côte de chromosome XY pour l’homme. », a expliqué le chirurgien et universitaire béninois, Francis Moïse Dossou.

« Je n’ai jamais entendu dire que l’on pouvait distinguer  côte d’homme et de femme par la forme. », a aussi dit à Benin Check Info, André Langaney, le chercheur et biologiste suisse.

Verdict

En définitive, scientifiquement, la femme et l’homme ont le même nombre de côtes. Du reste, spirituellement, il peut y avoir des différences pour lesquelles il faudra trouver des réponses spirituelles.

LIRE AUSSI : Macron a-t-il vraiment été humilié au Bénin par un ministre de Patrice Talon ?

Ton avis nous intéresse

1 commentaire

  • Author Images
    John
    il y a 1 mois

    Bon une vérité apparemment accepté. Mainma préoccupation est que:pourquoi les hommes ont de force que les femmes malgré le même nombre de cote?

Partenaires