Un présumé décret, devenu viral sur les réseaux sociaux, prétend que la présidence du Cameroun a ordonné à l'entraîneur de l’équipe nationale de football, Rigobert Song, et au joueur Zambo Anguissa de se coiffer convenablement. Plusieurs éléments mettent en doute l’authenticité de ce document.

Image
L'entraîneur Rigobert Song

 

Que dit le présumé décret 

 

L’article 1 du présumé décret diffusé par plusieurs internautes ordonne aux membres de l’équipe nationale notamment Zambo Anguissa et Rigobert Song Bahanga de se coiffer convenablement à compter du 18 janvier 2024. 

 

‘’La présidence de la république du Cameroun ordonne à ce que le coach Rigobert Song et le joueur zambo Anguissa se coiffent convenablement 🤣🤣🤣🤣’’, mentionne le commentaire qui accompagne le décret dans les groupes WhatsApp et des comptes et groupes Facebook. 

 

Pourquoi ça buzz ? 

 

Le présumé décret est apparu sur la toile au moment où l’équipe nationale de football du Cameroun est en Côte d’Ivoire et joue la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Le document est devenu viral au lendemain de la défaite des Lions indomptables face aux Lions de la Téranga du Sénégal (1-3), lors de la deuxième journée de la phase de groupe, vendredi 19 janvier 2024. 

 

Selon des articles publiés par plusieurs médias locaux dont Afrique Sports et Actu Cameroun, cette défaite a mis l'entraîneur, Rigobert Song sous le feu des critiques. Plusieurs supporters frustrés estiment que l’ex-capitaine des Lions indomptables n’a pas les compétences nécessaires pour entraîner la sélection nationale. 

En dehors de Rigobert Song, les joueurs ont été également victimes de critiques comme l’apprend Mercato Foot dans un article titré : ‘’CAN 2023 : le Cameroun est la cible de toutes les critiques’’. 

 

Deux éléments tapent à l’œil

 

À l’analyse du présumé décret diffusé sur les réseaux sociaux, Bénin Check Info constate deux éléments qui mettent en doute l’authenticité et la crédibilité du document. 

 

1- L’intitulé du décret 

 

L’intitulé du présumé décret, publié sur les réseaux sociaux, montre qu’il traite de nomination de membres au Conseil constitutionnel du Cameroun. ‘’Décret N°20247014 du 18 janvier 2024 portant nomination de deux membres du Conseil constitutionnel’’, est-il écrit sur le document.



2- Un décret presque identique

 

Les recherches sur la page Facebook officiel du président du Cameroun, Paul Biya ont permis de retrouver un décret de nomination de deux membres au Conseil constitutionnel presque identique à celui apparu sur la toile. Il a été publié le 18 janvier 2024 à 19 H 03 minutes. De l’intitulé du décret à l’article 2 ou encore la Constitution, les décrets et lois cités sont identiques. 

 

 

Seulement, l’article 1 du décret original indique : ‘’Sont, à compter de la date de signature du présent décret, nommés Membres du Conseil constitutionnel, pour un mandat de six (06) ans, éventuellement renouvelable : M. MINKOA SHE Adolphe, M. LOGMO MBELEK Aaron’’. 

 

Or, à l’article 1 du présumé décret, il est mentionné : ‘’Sont, à compter de la date de signature du président décret, imposé à se coiffer convenablement les membres de l’équipe nationale dont les noms suivent : Zambo Anguissa, Rigobert Song Bahanag’’(sic). 



En comparant les deux décrets, nous avons remarqué qu’une portion de l’article 1 du décret a été retirée. Elle a été modifiée par la séquence : ‘’imposé à se coiffer convenablement les membres de l’équipe nationale dont les noms suivent : Zambo Anguissa, Rigobert Song Bahanag’’. Cette partie de la phrase modifiée est d’une police autre que la police Arial utilisée sur tout le document. 

 

Aussi, une faute de conjugaison est fragrante sur le présumé décret. Le verbe ‘’être’’ conjugué à la 3e personne du pluriel : ‘’sont’’ implique l’ajout d’un ‘’s’’ à ‘’imposé’’. 

Image
Présumé décret de la présidence camerounaise 

 

Décret inexistant 

 

André Mirabeau Mahop est chef service des sports à la télévision Canal 2 international, une chaîne basée au Cameroun. Contacté par Bénin Check Info, le journaliste affirme que le supposé décret qui fait le tour des réseaux sociaux est ‘’juste un montage’’. ‘’Il n’y a pas de texte qui oblige quelqu’un à avoir une coiffure.(...) Les gens sont libres de se coiffer comme ils le souhaitent, même en équipe nationale’’, a confié André Mirabeau Mahop. 

 

Tout comme le journaliste camerounais, Ablam Gnamesso, journaliste reporter béninois à Sport drome et membre de l’Association internationale de la presse sportive (AIPS) assure de l'inexistence d’une loi encore moins d’un décret au sujet des coupes de cheveux au Cameroun. ‘’Le décret concernant la coiffure de Zambo Anguissa et Rigobert Song, c’est de la salade’’, a laissé entendre Ablam Gnamesso. 

 

Verdit 

La présidence du Cameroun n’a pas ordonné à l'entraîneur de l’équipe nationale de football, Rigobert Song et au joueur Zambo Anguissa de se coiffer convenablement. Le décret est un montage.

LIRE AUSSI : Faux, cette vidéo ne montre pas des femmes protester contre la monogamie des hommes en Finlande

 

Ton avis nous intéresse

0 commentaire

Partenaires